mardi 12 mars 2013

Destination Cancùn Part 5


 C'est cela le mariage, la même peur partagée, le même besoin d'être consolé, la même vaine caresse dans le noir.



Précédemment 
Ritz Carlton 
Suite Nuptiale 271
07H 43


Les jours passaient, enfin pas tant que ca, deux jours. Deux jours que Maella Adom attendait l'appel le message de son homme mais rien pas un seul signe de vie seuls les médias lui permettaient de savoir qu'il était encore un vie. A quoi serait dû un telle attitude de la part de son amour, son homme, qu'elle connaissait mieux que quiconque ? Ces deux jours depuis le départ de son mari, elle les avait passé en compagnie de Marc, le meilleur ami de son mari. Elle avait commencé à s'attacher à lui, son affection, sa gentillesse, son humour toujours à ses petits soins. Elle s'en voulait d'avoir pensé du mal de cet homme, qui l'aidait à surmonter cette situation. Le comble, c'est que contrairement à l'idée qu'elle se faisait de Marc, il n'a aucunement tenté de la toucher, l'embrasser, la caresser hors du contexte amical qui les liait. Elle était submergée par ces pensée ce matin. Hier, et avant-hier elle avait parcouru Cancùn avec Marc qui portait ses paquets, il l'avait accompagné partout sans se plaindre lorsqu'elle faisait son shopping. Elle s'est même surprise à lui demander son avis quand elle sortait de la cabine d'essayage, il lui avait porté lui même tous les escarpins qu'elle essayait dans le magasin. Il est arrivé la veille qu'elle fasse 4 heures dans un centre commercial sans qu'il ne se plaigne, sans dire mot. Pourtant le shopping d'une femme à côté d'un homme ne dure jamais bien longtemps car les hommes sont connus pour manquer de cette patience. Mais avec Marc c'était totalement différent. Souvent elle se disait que son épouse avait de la chance. Beaucoup de chance. Beau, éléguant, cultivé, diplômé, attentionné, disponible, tendre, à l'écoute, amusant, drôle...

-Maella, tu deviens folle ou quoi ? Comment peux tu penser tout d'un coup comme ca au meilleur ami de ton mari tout en égrainant un chapelet de compliment qui frise l'admiration … Et une admiration qui tendrait vers de l'amour, de l'attirance. Se dit -elle

Elle avait passé toute la nuit à danser sur des rythmes latinos jusqu'à l'aube avec Marc à ses côtés, rentrée de boîte à 6 heures, elle avait pris sa douche mais n'arrivait pas à trouver le sommeil. Depuis quelques heures elle visitait les sites internet pour avoir des informations par rapport à ce procès qui lui a littéralement volé sa lune de miel..
Oui, elle n'arrivait pas à dormir seule dans ce grand et beau lit dans lequel elle prélassait ses reins amoureusement avec son homme il y a de cela quelque jours. Cette solitude l' enrageait déjà, elle prenait les vêtement de son mari et les rapprochait de son nez, pour s'enivrer de ce parfum doux et en même temps fort. Ce parfum qu'elle reniflait avec douceur quand elle s'approchait de l'oreille de son amour pour lui chuchoter des mots doux. Soudain, elle se demandait si elle pourrait tenir dans ce mariage, pourrait-elle accepter des absences régulières telles que celle là. Serait-elle assez forte pour attendre son mari sans s’inquiéter pour lui, pour sa vie qu'il met en danger. Toutes ces apparitions télévisés avec pleins de journalisme, de gardes elle les craignait, car dans le monde des affaires, de l'argent, le milieu des hommes puissants autant on est riche autant on peut perdre sa vie dans un assassinat macabre. Pourquoi Derrick n'a t-il pas pu résister aux propositions de Vaesnet ? Il y en aurait eu d'autres, pleins d'autres car quand on est talentueux, les propositions fusent de part et d'autres.Des questions, des pensées, des craintes, des doutes, des inquiétudes, son cœur n'était point en paix, ce matin comme si elle savait que quelque chose arriverait.

Aussi, elle ne voulait pas appeler Derrick, d'elle même, selon elle : c'est lui qui s'est absenté, c'est lui qui doit prendre des nouvelles de son épouse qu'il a laissé toute seule. Mais en même temps, elle connait Derrick, s'il ne l'appelle pas c'est pour une raison, il doit bien y avoir quelque chose qui se passe. Que faire l'appeler ou ne pas l'appeler ? Bouder ou prendre son courage à demain pour composer ce numéro et entendre cette voix qui fait chavirer son cœur ?
Pour en avoir le cœur net, elle voulut appeler Emmanuella, sa meilleure amie et se rétracta par la suite dans son idée car il était très tôt peut-être que son bébé dort encore. Ou alors peut-être qu'elle est fatiguée après une nuit passée à bercer, allaiter changer les couches, et peut-être aussi que son mari dort . Finalement elle prit le téléphone de sa chambre d'hôtel, composa le numéro de Marc. Lui il connait son mari, c'est son meilleur ami en plus c'est un homme il l'aidera sûrement à savoir cequi se passe dans la tête de Derrick .
Elle n'attendit pas longtemps avant qu'il décroche avec une voix toute endormie, ronfleuse et très grave.
-Allô Marc
-Oui petite sœur, c'est quoi ces « snif ». Tu pleures ?
-Enfin, je je sais pas mais Derrick me manque, il va bien, je n'ai pas de ses nouvelles. Je ne sais pas ce qu'il se passe.
-Il se passe que ton mari est très occupé et que..
-Ecoute, change de disc, je le connais non ? Quelque chose se passe … Je veux l'appeler, discuter avec lui, je suis sa femme, s'il a besoin de parler je suis la mieux placée. En plus c'est un devoir conjugal. Qu'es-ce que t'en penses ?
-Arrêtes de pleurer, tu te fais du mal, je fais tout pour que tu cesses d'être triste, sorties, ballades, baignades, shopping, virées nocturnes. C'est pour que tu penses à autre choses
-Marc, je ne peux pas …
-Tu te fais du mal, beaucoup de mal petite sœur. Dit-il avec réconfort
-Mais tu sais ce qui me fait plus de mal ?
-Dis moi demanda Marc curieux
-Ne pas lui parler, ne pas savoir cequ'il a fait de sa journée, comment il va, s'il prend soin de lui, qu'es-cequ'il mange ? Comment avance les enquêtes avant le procès ? Il me manque, tu m'entends mon mari me manque.
-Je comprends parfaitement...
-Tu comprends parfaitement ? Demanda t-elle 
-Oui
-Pourtant tu n'as toujours pas répondu à ma question, qu'es ce que t'en penses. Je l'appelle ou pas ?
-Je pense qu'il ne faut pas l'appeler, il a énormément de pression en ce moment.
-Ok, ok repose toi, merci Marc .On se voit ce soir pour le dîner ?
-Oui, oui dis moi ce que tu veux manger ?
-Je ne sais pas trop..
- Bon c'est moi qui choisis on dînera dans ma chambre..
-Dans ta chambre ? Répondit Maella avec surprise
-T'as peur de moi, si je voulais te violer je l'aurais fait hier et avant hier en rentrant de boîte avec toutes les bouteilles de champagne que tu as bu. Je l'aurais fait, je t'aurais violé et bien même
-J'espère que tu m'aurais tué après et biensûr t'enfuir aussi parce que mon mari te tuera aussi et bien même dit-elle avec humour.
-J'adore quand tu me taquines petite sœur car cela signifie que l'humour revient et que les larmes sèches
-Allez à ce soir dit elle avec un large sourire au bout du fil
-Je suis sur que tu viens de sourire petite sœur
-Comment tu sais ?
-Je ne sais pas je connais ma petite sœur.

Quand elle raccrocha, Marc seul dans son lit se mit lui aussi à parler seul
« Mon mari, mon mari, mon mari » une belle connasse, tu n'imagnes pas ce que je te réserves.

Maella, de son côté dans la chambre, elle réfléchissait au point de vue de Marc concernant ce fameux appel..
Et s'il l'évitait de peur qu'elle soit très remontée contre lui, du fait qu'il se soit enfui comme un fugitif, un irresponsable ? Et s'il ne l'appelait pas de peur que les appels soient sur écoute. En tout cas elle en avait marre. Elle bondit de son lit et se dirigea dans la douche pour se débarbouiller le visage, se brosser les dents. Elle fit un chignon pressé, et se regarda devant la glace. Elle enfila une robe et descendit dans le hall pour l'appeler, il y a avait une cabine téléphonique.

Elle composa le numéro d'une façon hésitante. Ensuite elle raccrocha comme une gamine. Quelques minutes plus tard, elle se tenait devant le téléphone de la cabine encore plongée dans ses doutes. Pourtant elle Maella avait toujours eu l'habitude de suivre son cœur, son instinct de femme. «  Allez, ca suffit les hésitations idiotes ». Elle décrocha le combinet « Ecoute ton cœur, Maella Adom, écoute ton cœur ». Cette fois elle n'avait pas raccrocher le combinet, ca sonnait. Et maintenant elle disait, avec les yeux fermés « Décroches, décroches mon amour, j'ai besoin de t 'entendre ». Ca sonnait, sonnait sonnait aucune réponse. Elle raccrocha, elle était décu par tous ces efforts personnels vains. Elle se dirigea vers l’ascenseur, pour remonter dans sa chambre. Et puis c'était plus fort qu'elle elle fit demi tour pour se rediriger vers la cabine téléphonique.

Avec beaucoup plus de confiance et sans la moindre hésitation, elle recomposa ce numéro. Ca sonnait et là elle se disait «  s'il ne décroche pas, s'il ne décroche pas demain je rentres à ... »

-Allô ? Dit -il d'une façon empressée
Maella à l'autre bout du fil , ne savait quoi dire, jouant nerveusement avec le fil du téléphone...
Il répéta
-Allô ?
-Oui, bébé c'est moi...
-Maella ?
-Comment ca Maella, tu me demandes si je suis Maella, tu ne reconnais pas ma voix ?
-Mon amour, je suis juste surprise que tu m'appelles,
-Et pourquoi ?
-Mais ! J'ai essayé à maintes reprises de te joindre.. IMPOSSIBLE, j'ai cru que tu ne voulais pas me parler.
-Mais un mail, un message … Derrick, tu me fais souffrir, tu es loin de moi, je m'inquiètes pour toi et c'est comme ca que tu me remercie ! On dirait que tu te fous royalement d'avoir laissé ta femme seule en pleine lune de miel ! Tu es parti comme un connard, comme un idiot. Je me suis senti bernée, comme si … elle avait déjà haussé le ton
-Calme toi, regardes autour de toi, tu cries tellement que je parie que tout les clients de l'hôtel te regarde...
Elle leva la tête pour constater ce que son mari venait de dire
-Et alors ? Je m'en fous !
-Maella comment tu veux que je t'expliques que j'ai essayé de t'appeler, demande à Marc, je sais que tu es énervée mais tout cela c'est bientôt fini, quelques semaines encore et …
-Des semaines ? Tu as dit quoi des semaines ? Ce n'était pas une semaine ? Tu veux me tuer c'est ca ? Elle avait déjà commencé à sangloter
-Bébé, je t'en prie arrête, il faut que je t 'explique des choses, que je ne peux pas dire au téléphone, je ne peux pas t'envoyer de mail non plus pour te dire tout ca. J'ai trop de choses à te dire, arrête de pleurer. Je t'aime , en quelle langue veux tu que je te le dises ?
-Tu vas bien au moins, tu étais malade quand tu partais, ca va mieux ? J'espère que tu ne sautes pas de repas à cause de ton boulot, que tu manges correctement parce que toi ..
-Oui mon amour, je t'assure que je fais tout ca...
-Tu me manques , tu sais dit Maella de sa plus douce voix
-Promets moi que tu seras assez forte, pour m'attendre, que tu resteras sage
-Je te promets tout mon ange, tout ce que tu veux
-Si je ne t'appelle pas trop, c'est parce que e veux te tenir à l'écart de tout cet engrenage médiatique, je ne veux que personne te fasse de mal
-Je vais prier pour toi, je sais que tu réussiras mon amour, je crois en ton talent...
M-erci ma puce, et toi ca va ?
-Oui, je vais bien je découvre Cancùn même si je me sens seule, que tu me manques. Grâce à Marc je ...
Ecoute bébé , il faut que je te laisse, j'ai un rendez vous important...
-Ok, prends soin de toi mon amour
-Toi aussi Madame Adom, sois sage. Et, ce soir connecte toi sur skype, on se verra rapidement...
-Oui , oui 22H ?
-22H30


C'est le cœur léger qu'elle raccrocha, même si elle aurait voulu lui parler un peu plus longtemps...
Elle a bien fait, d'écouter son cœur.. Elle avait le sourire au lèvres et elle remontait maintenant dans sa sa chambre avec un large sourire, un sourire d'apaisement. Une fois dans sa chambre, elle se dévêtit, s'endormit comme un bébé, l'assurance retrouvée il lui était plus facile de fermer les yeux, surtout qu'elle revenait de boîte de nuit...

Ritz Carlton 
Chambre 153
16H58


Marc était au téléphone, il faisait des allers retours nerveux dans la pièce en haussant le ton.

-Bordel de merde ! Vous avez reçu le paiement oui ou non ?
-Oui Monsieur Kassi, calmez vous les filles sont en route et la machine est en marche !
-Donnez une moi une heure.Je ne sais pas … Disons euh
-Ecoutez moi, pour le prix que j'ai payé et que vous avez vous même fixé j'exige une certaine qualité de service, quoi de plus normale ! Alors je n'aime pas qu'on foute mes plans en l'air car ils sont tous minutieux, préparés à l'avance avec brio. Lança t-il nerveusement
-Il sera 22heures 22heures 30 à Cancùn quand ca fera Boom. Suivez les informations...
-J'aime mieux ca répondit Marc

Puis il raccrocha, cette patronne d'agence de strip tease commençait sérieusement à l'énerver....
Vivement que le travail soit fait et qu'il n'est plus jamais affaire à cette vielle pourriture écervelée...

Il était à peu près 17heures, Marc décida d'aller fumer une cigarette sur la terasse de l'hôtel, il enfila un bermuda prit son briquet et son paquet de clopes, il enfila ses lunettes noires et se regarda rapidement dans le miroir. Il descendit, et dans l’ascenseur il décida d'appeler Maella pour savoir si elle était réveillée. Elle devait être très endormie raison pour laquelle il tombait sur sa messagerie. Il lui laissa un message :

-Coucou c'est Marc, je ne sais pas à quelle heure es-ce que tu viendras manger disons 21heures je te proposes, tu dois être bien fatiguée, si tu dors jusqu'à cette heure. Après le diner, il ya un spectacle de samba en ville, je ne sais pas si ca t'intéresse. Je sais que tu fais de la danse donc probablement oui. Alors réveille toi vite et appelle moi quand tu reçois mon message.

Il alluma sa cigarette et tira une bouffée, la sérénité qui se dégageait de son sourire en disait long sur sa joie. Il marchait le long de la piscine en repensant à la première fois qu'il avait vu Maella en maillot de bain. Elle était sensationelle, une vraie femme …
Il se voyait déjà avec elle dans le lit entrain de lui faire connaître le 66ème enfer …
Il lui ferait vivre des moments torrides.

La sonnerie de son téléphone le tira de ses rêveries, un sourire se dessina sur son visage quand il vit le numéro et la photo de Maella s'afficher.
-Allo petite sœur
-Oui Marc,désolé ce soir je ne pourrais plus dîner en ta compagnie .
-Pourquoi ? Tu as prévu autre choses ?
-Non non je vais juste rester dans ma chambre j'ai pas envie de sortir, e veux rester sous la couette en plus je vais parler à Derrick sur skype.
-Ok, Derrick refait surface ca y est on me balance comme une crasse..
-Non non loin de là c'est juste que nous avons vraiment besoin de parler lui et moi
-Je suppose que tu l'as appelé ?
-Oui oui
-Ah d'accord répondit Marc
-J'ai suivi mon cœur, et je crois que j'ai bien fait.. Bonne soirée merci de m'avoir réconforté ce matin
-De rien petite sœur. Je suis heureux de voir que tout va pour le mieux... Aurevoir

Quand il raccrocha, il passa du sentiment de joie qui précédait l'appel de Maella à une colère froide puis dit tout seul au bord de la piscine, les mains en poches
- Maella Adom, ne me remercie pas pour le «  réconfort » du matin, tu auras bien mieux bientôt…
Il fit un rire nerveux et commanda un café bien noir comme il l'aime. Il alluma une deuxième cigarette...

Ritz Carlto 
Suite Nuptiale 271
22H 18


Maella avait déjà commandé à manger, elle avait pris sa douche après un doux et long sommeil. Elle avait pris le soin d 'appeler sa mère à Abidjan pour lui donner de ses nouvelles sans lui faire part de tout cequi se passe , ses inquiétudes car elle ne voulait pas alarmer sa mère. Elles ont longtemps parlé au téléphone, celle ci lui a aussi passé son père qui a rappelé à Maella quelques anecdotes du mariage, des invités ivres, et des fous rires. Il lui a même dit que tout le monde était fières d'avoir été invité,car la fête avait merveilleusement réussi. De plus, elle avait encore plein de cadeaux, qu'elle devrait déballer à son retour. Parler à ses proches lui permit de se sentir véritablement bien. Elle parla aussi à ses petites nièces qui lui demandaient chacune un souvenir de Cancùn. La famille, rien de tel,la famille est une force, elle en sera toujours convaincu...
Elle discuta longtemps au téléphone, puis fut obligé de raccrocher car le room service venait de frapper à la porte...
Le délicieux parfum de la nourriture envahit la suite nuptiale. Ce soir elle ne prit pas de vin pour accompagner son repas, d'ailleurs la veille elle en avait un peu trop bu. En l'absence de son mari il état hors de question qu'elle prenne de mauvaises habitudes. Elle s'apprêtait à avaler la première bouchée quand son téléphone se mit à sonner. C'était sa mère.

-Ma fille

-Oui ma maman, t'as oublié de me dire quelque chose ?
-Tu es au courant ?
-De quoi maman ?
-Derrick, ton mari il est à Cancùn ou à Cleveland ?
-ok donc c'est bien lui qui a été surpris dans une chambre d'hôtel en compagnie d'une femme
-Tu dis quoi maman ?
-Allume la télé, ma fille.
-Quelle chaine ?
-Peu importe, c'est en breaking news de toutes les façons AFFAIRE VAESNET...

-Maella les mains tremblantes s'empara de la télécommande et resta de marbre, les larmes automatiquement commençaient à ruisseler.
-Maman, pourquoi Derrick me fait ca ?
Ma fille calme toi, ton père veut tout casser içi, toi aussi tu ne vas pas te mettre dans cet état
Maman, pourquoi ? Qu'es-ce que je n'ai pas, ne suis je pas belle ? Ne suis je pas intelligente, il me prend pour une imbécile, il me laisse comme ca au Mexique pour des raisons professionnelles deguisées en raison sexuelles ?
-Maella !
-Je suis fatiguée que tout le monde me dise que j'exagères, que j'en fais un peu trop voilà ce que je craignais. Quelque jours de mariage seulement voilà … Toi Maman, dis moi papa est diplomate, il voyage tout le temps es-ce qu'une seule fois tu as eu la honte de ta vie, un mari infidèle affiché sur les écrans …
-Calme toi
-Je rentre à Abidjan je demande le divorce. Je vais parler à quelqu'un je te rappelle plus tard .

Elle raccrocha et courut essuyer ses larmes et se rendit dans la chambre de Marc d'un pas ferme.
Elle frappa à sa porte nerveusement. Quand il lui ouvrit, elle lui prit les cols, avec colère :
-C'est ce que vous maniganciez dans mon dos Derrick et toi ?

Marc savait qu'elle était au courant, mais pas qu'elle s'énerverait autant ….

-Qu'es-ce qui te prend Maella ? Au courant de quoi ?
-Allume moi cette foutue télévision ! Dit elle en claquant la porte.

Marc regardait l'écran la tête entre les mains, remuant la tête

-Ricky, mais il s'est tous foutu de nous ….
-De nous ?
-Je t'assure que je n'en reviens pas c'est pour ca qu'il semblait si pressé de partir, tout le temps injoignable. .. Mon Dieu, c'est mon frère mais là je ne sais quoi dire .
Maella se mit à pleurer de plus belle, au milieu de la chambre de Marc, qui la consolait, elle le repoussait et ne croyait pas en ses paroles. Mais lui, insistait, il voulait la prendre dans ses bras, puis il le fit finalement, elle se blottit contre lui et sentit ce parfum, le même que celui de son mari, ce parfum qui la rendait folle. Soudain elle resta dans ses bras, il lui prit le menton la regarda droit dans les yeux pendant un long quart d'heure sans dire un seul mot. Elle avait arrêté de pleurer, elle le regardait contemplait chaque trait, chaque détail de son visage. Mon dieu, qu'il était beau...



2 commentaires:

  1. Haiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii et la suite nnnn je veux savoir est ce quel a couché avec lui ? sa serai vraiment domage jai mal pr derrick hummmm

    RépondreSupprimer
  2. OLIVIER ALLANGBA19 mars 2013 à 21:50

    Noellah vraiment bravo je savai pas que tu avait ce tallent la en toi stp jattend la suite avec impatience et encore bravo !!! tn kouzin

    RépondreSupprimer